Je m’appelle Leya, masseur-kinésithérapeute, enchantée. J’étais de ceux qui riaient en cours quand certains professeurs jugeaient indispensable de rappeler que ce qui compte c’est le patient. Franchement ! Et puis, le choc brutal, la vraie vie. Facile à dire, difficile à faire. Des patients partout et pas tellement, jamais vraiment « au centre ». Et puis Twitter, la #TeamBisounours, enfin quelques clés pour trouver ce centre autour duquel je rêverais que nous tournions tous ensemble. Parce que nous sommes soignants. Avant tout.

Aurélien l’a dit ici, la semaine dernière ( http://kulturecare.com/?p=485)

« Pire encore, les soignants se mettant massivement en arrêt maladie, afin de contourner le système de réquisition en cas de grèves, sont remplacés abusivement par des infirmières, alors en repos, réquisitionnées à leur tour par les forces de l’ordre venant les chercher jusqu’à leur domicile. Le boulot ou la prison! »

Les soignants qui se mettent en arrêt maladie. Ceux qui se « font porter pâle ». « L’absentéisme soudain » assignés mais « se déclarant en maladie » comme il est dit, reproché ici, en toute impunité. https://www.20minutes.fr/societe/2534407-20190606-greve-urgences-manifestation-organisee-paris-apres-bientot-trois-mois-mobilisation  

Ces mêmes soignants peut-être, qu’on a vu défiler dans les rues, la rage au cœur, s’allonger au sol, simuler leur mort imminente et même se déshabiller (https://www.youtube.com/watch?v=Q9IvRY2QiUo) pour crier leur désespoir, celui dont parle si bien Aurélien, celui qui exige des actes, mais des vrais. Du nu, parce que les larmes, le sang et les suicides n’ont pas l’air d’avoir suffi.

C’est inadmissible, intolérable, vous me direz. Pourtant ce ne sont pas les arrêts qui sont intolérables, pas plus que les services d’urgences qui, à force d’avoir trop attendu, eux aussi, se vident. Ce ne sont pas les manifestations rageuses, les insultes et ceux qui hurlent à poil leurs revendications qui sont insupportables.

C’est bien pire que ce que vous pensez. Parce que ça a commencé avec des mots. Ceux qu’on choisit de mettre et ceux qu’on oublie dans ce malaise. De banales erreurs de grammaire ou de champ lexical omniprésentes, dans tous les domaines. Combien de temps a-t-il fallu avant que des voix s’élèvent pour dire que non, tuer sa femme n’est pas un drame passionnel mais bel et bien un crime qui s’appelle un féminicide ? Combien de temps faudra-t-il pour arrêter de parler de ceux qui s’arrêtent ?

Ce soir, j’ai envie qu’on parle de ces soignants, allons plus loin, de ces travailleurs qui SE mettent en arrêt, ces branleurs, puisque visiblement même dans la langue française, comme c’est eux qui décident, c’est forcément qu’ils l’ont bien cherché (toute allusion à la culture du viol ne serait pas fortuite) et qui plombent l’entreprise toute entière, comme les soignants en ce moment. Ils méritent bien qu’on les insulte en retour non ? Qu’on les méprise et/ou qu’on les ignore ? Bien, et longtemps. Comme ça, après avoir manifesté sans heurts et sans réponse pour leur dignité et celles de leurs patients, vous, moi, pour implorer le minimum pour garantir des soins de qualité ou simplement les moyens de ne pas tuer des gens par négligence, que pourront-ils bien inventer ? Si ces mots-là n’ont pas suffi ? Ils trouveront bien quelque chose de drôle non ? Ou de sexy ? Montrer leurs corps, leur intimité, pour réclamer de la dignité, de la décence. Et des soins plus sûrs pour notre avenir. Celui de nos enfants et de nos parents. Quelle insolence.

« Les soignants se mettant massivement en arrêt maladie ». C’est Aurélien qui l’a dit cette fois, comme tant d’autres l’ont fait. De chaque bord. Des partisans, des détracteurs. On l’entend partout n’est-ce pas ? Ce sont presque des monuments historiques de la langue française. Se mettre en arrêt. S’arrêter. Tu devrais t’arrêter.  On l’entend beaucoup ces temps-ci avec les grèves aux urgences et les supposés arrêts de complaisance. Mais on l’entend dans tous les milieux professionnels et les médias non ?

Et bien ce sont des faux. Grossiers. Mal dissimulés. Des faux mal imités, une erreur de grammaire niveau primaire répétée sans cesse par des gens qui se pensent parfaitement éduqués. Ce sont des formules erronées, qui peuvent laisser entrevoir une forme d’inculture en matière d’arrêt de travail même et surtout chez ceux qui décident pour nous sans jamais avoir mis un orteil sur place. Ceux que ça arrange aussi, quelque part, qu’on puisse penser que si les travailleurs sont arrêtés et que c’est le bordel, c’est bien de leur faute. Très pratique pour éviter, oublier de s’interroger sur les raisons qui font de leur travail un enfer.

En terme de police de l’orthographe, Y en a bien parmi vous qui hurleraient en dedans devant un patron qui demanderait « le dossier est dans le bureau à Jean-Claude » ? (Ne me laissez pas seule !)

Et bien là c’est pareil avec ceux qui s’arrêtent.

Moi je hurle dedans, et ce soir un peu dehors.

On ne peut pas dire « Il se met en arrêt. Il s’arrête ». Ça ne correspond à aucune réalité. Sous cette forme, c’est du présent actif. On est donc censé, par retournement, pouvoir passer, sans en perdre le sens, sous une forme passive où le sujet autrefois acteur, subit désormais l’action. Sauf que là ça donnerait quoi ?

« Il est mis en arrêt par… LUI-MÊME. Elle est arrêtée par… ELLE-MÊME ».

Et ça, ça n’a aucun sens. Ces formules n’ont pas de sens. Un travailleur ne s’arrête pas tout seul. Dire « ils s’arrêtent » c’est donner du crédit à l’idée beaucoup trop répandue qu’un professionnel arrêté, c’est un professionnel qui l’a voulu, qui l’a décidé. Une volonté qui est passée au-dessus de toute idée d’incapacité. Alors que c’était quand même le concept initial, reconnaître, formaliser pour le malade l’impossibilité de se soigner tout en poursuivant son activité.

Un travailleur ne s’arrête pas, ne se fait pas arrêter. Un travailleur consulte un médecin qui décide de la nécessité, ou non, de prescrire une interruption de l’activité professionnelle pour protéger son patient. Un malade ne devrait pas s’arrêter, parce que lui ou ses proches, qui ne sont pas décisionnaires de l’arrêt, le pensent. La seule chose qu’un malade devrait avoir à, pouvoir faire c’est de consulter. L’arrêt ne dépend pas de lui. Il dépend d’un médecin, qui est formé, du mieux possible, à en juger. A écouter l’humain et évaluer le caractère délétère, sur la santé, de l’activité professionnelle.  

On peut demander un arrêt de travail. On peut exprimer des symptômes, un ras-le-bol, un épuisement à son médecin qui décidera que l’arrêt de travail s’impose. Mais on ne s’arrête pas. On ne va pas se faire arrêter. Il/elle ne s’est pas arrêté parce qu’il n’était pas content. C’est peut-être vrai dans certains cas, mais ça ne s’applique pas, ça ne doit pas, s’appliquer à l’ensemble de la population. Nous avons tous le droit au bénéfice du doute.

On est parti d’une minorité, les arrêts abusifs ou de complaisance, qu’on extrapole à toute une population, les travailleurs ces branleurs. Ceux qui trichent, ceux qui piquent l’argent public. On en fait une armée, une légion, envahissante, omniprésente, ils seraient partout. Dans tous les corps de métier, surtout chez ceux dont c’est déjà l’état qui paye le salaire, suivez mon regard. On fait la chasse aux faux, aux menteurs, à ceux qui abusent.

Quand est-ce qu’on parle de ceux qui refusent les arrêts de travail ? Qui est-ce qui compte le nombre de jours prescrits, proposés, refusés ? Ce sont ces patients qui viennent me voir tard le soir en me suppliant de les aider à tenir parce que l’arrêt n’est pas possible tant qu’ils tiennent à peu près debout. Ce sont ces collègues qui se tuent presque littéralement au travail mais qui continuent quand même. Parfois pour des considérations financières. Oui il y a des travailleurs qui ne peuvent pas s’offrir ce foutu jour de carence. Et d’autres qui ne peuvent simplement pas lâcher les affaires en cours, ou pire, les patients, leurs patients. Certains, enfin, qui savent ou à qui on a martelé pour que ça rentre, que ça reste, que les équipes sont à bout et qu’accepter cet arrêt, c’est plonger les collègues dans une tourmente encore pire. Prendre la responsabilité d’une nouvelle dégradation des soins et des conditions de travail puisqu’on a fini par être nous-même persuadés qu’être arrêté relève de notre ressort et qu’il y aurait des conséquences à assumer. Assumer d’être contraint par un avis médical à cesser son activité pour se soigner soi-même. Logique imparable.

Qui sait ici qu’un professionnel libéral, dans le régime obligatoire, a quatre-vingt dix jours de carence ? QUATRE-VINGT-DIX ? C’est-à-dire qu’il ne sera payé qu’à partir du 91ème jour d’arrêt s’il a eu le culot de ne pas vouloir, ou ne pas pouvoir, s’offrir une prévoyance complémentaire privée hors de prix, pour couvrir la période du troisième, septième, quatorzième jour jusqu’au 91ème ? Une prévoyance qui n’accepte de couvrir ce risque que moyennant un questionnaire médical détaillé et l’absence de toute médication sur les dix dernières années. Oui j’exagère. C’est cinq ans pour les traitements médicaux, dix ans pour les examens complémentaires et à vie pour les arrêts antérieurs chez moi. Grosse exagération.

Qui parle de ceux qui n’ont eu droit à aucune couverture supplémentaire (même pas le droit de payer) pour se protéger de la récidive d’un vieil antécédent de dépression, un anxiolytique pris quelques soirs dans une période difficile dans ces dix, pardon cinq, putains de dernières années ? Ceux qui voient la dépression revenir, enfler, les envahir, mais qui ont une famille à nourrir, qui n’ont pas trois mois de salaire de côté. Quand, en l’absence de congés payés, il faut déjà s’offrir des vacances en sacrifiant un quart de son salaire mensuel pour juste ne pas travailler une petite semaine, c’est tellement facile d’économiser trois mois de salaire ! D’ailleurs quand il s’agissait, de ressortir un mois de salaire par an pour les impôts, nous nous en sortions tous facilement ?

Ces libéraux-là, se voient sûrement proposer un arrêt, de la part de médecins compréhensifs, alarmés, par la menace de la récidive, du burn-out qui a déjà trop couvé. Comment accepter ? Comment nourrir ses enfants, ou simplement payer un loyer, un crédit, à sec, sur la réserve, pendant trois mois ? Comment assumer la violence de la privation financière quand on est persuadé qu’on aurait pu, qu’il aurait fallu, supporter la pression, pas si grande au demeurant, non ?

Ce sont ces travailleurs-là qui parfois se surprennent à regarder amoureusement un platane, sentir leur pied caresser l’accélérateur, hésiter. Se donner la nausée d’en avoir eu ne serait-ce que l’idée, et continuer, à loucher sur des escaliers, sur un couteau, un marteau. Trois fois rien, il faudrait juste une petite blessure, un petit accident domestique. On ne parlerait pas de la dépression, la prévoyance privée accepterait de financer l’arrêt et le soignant, pardon le patient pourrait enfin, prendre le temps, le repos et le recul nécessaire pour aller mieux. J’ai été cette fille devant le platane. (https://leya-mk.blogspot.com/2014/10/jetais-juste-fatiguee.html) Celle qui pleurait de peur de se tuer en voiture en rentrant, tellement la fatigue et l’épuisement lui broyait les jambes, qui traînait pour reprendre la route et qui regardait quand même, avec envie les arbres autour. Si je craquais, c’était forcément que j’étais faible, médiocre. Mes patients ne méritaient pas que je les abandonne, mes collègues, pas le poids des appels à passer et des patients à reprendre. Nulle d’oser être fatiguée pour si peu (22h de travail sur 48h ces soirs-là, une peccadille). La honte. La culpabilité.

Elle adore ça, la dépression, cette salope, quand on se persuade nous-mêmes d’être les fautifs, de n’être pas assez forts pour résister à un effort, jugé normal, banal, modéré par les autres. Par les confrères, ceux qui bossent cinquante à soixante heures par semaine, qui en voient eux, deux ou trois à la demi-heure, qui gagnent trois fois ce que je gagne et qui gardent le sourire. « Je ne vois pas le problème ».

Par les autres aussi, ceux qui ne nous ont jamais vu travailler et qui trouvent quand même le moyen de râler. Ceux qui pointent à 8h30 et scrupuleusement à 16h32, qui râlent s’ils sortent à 36, mais qui trouvent que les soignants aux urgences, qu’ils ne voient pas assez, passent trop de temps au café, puisque quand on n’est pas à son poste, on ne peut être qu’au café.

On ne l’apprend pas ça à l’école. J’ai mis des années à l’apprendre, à l’entendre, à me croire digne de prendre soin de moi, me croire assez légitime pour avoir le droit de dire stop. De dire « non, ce n’est plus possible, j’ai besoin d’une pause ». De le dire sans penser un instant ou pas longtemps que travailler moins, prendre une journée ou deux, ça n’est pas une faiblesse. Ça ne fait pas de moi une fille fragile. Il faut que je travaille moins, pour travailler mieux. Taire mon besoin de repos c’est me mettre en danger. Assumer plutôt que d’avaler que 35h c’est ma limite et c’est bien. Et malgré tout, je n’arrive pas à me débarrasser de la tristesse de ne pas avoir la force d’en faire plus pour mieux gagner ma vie, et tout au fond, l’idée que ce ne sont que de beaux mots. Prendre soin de soi pour prendre mieux soin d’eux. Des excuses que je me donnerais pour ne pas travailler plus. Feignasse. J’aimerais pouvoir vous dire que je suis une fille fragile, qu’aucun soignant libéral ne vit ce genre d’idioties. J’aimerais tant. Et pourtant…

Plus dure encore, l’étape d’après le platane. Qui parle autrement, de ceux qui au bout du bout se suicident, qu’en disant que « c’est terrible qu’ils n’aient pas supporté la pression ». Fautifs jusque dans la mort, comme ces femmes assassinées parce qu’elles avaient « du caractère ». Eux étaient faibles, forcément, seuls les faibles craquent et tant pis s’ils en meurent. La pression ne peut pas être si forte. Un homme ne tue pas sa femme à moins d’y être poussé. Être soignant, ça ne peut pas être si dur, si grave, au point de vouloir mourir plutôt que de continuer. C’est beau de soigner. C’est noble. C’est surtout beau pour ceux qu’on essaie de convaincre de rester quand quitter le navire semble la seule solution qu’ils aient trouvé pour s’en sortir, « attend, c’est un super métier ».  Pour ceux qui y restent, par-contre, ceux qu’on ne pense pas avoir besoin de retenir, le beau oublié, aucune retenue sur les mots acérés, les insultes et les crachats, le chantage sur les jours de vacances, de repos et la réquisition déguisée. Des soignants qu’on piétine et dont on dira, lorsqu’ils craqueront, qu’on ne comprend pas qu’ils n’aient pas supporté la pression car soigner c’est un beau métier. Les crachats vite oubliés.

On parle des épidémies virales dans les établissements hospitaliers, dans les EHPAD l’hiver, de la grippe qui tue les malades et les vieux. Des délais d’attentes, de l’entassement des malades dans les couloirs, du manque de personnel. Quand est-ce qu’on évoque ces paramédicaux masqués, qui viennent travailler malades au mépris du bon sens le plus élémentaire et censément universel à savoir : éviter le contact avec les personnes fragiles en cas de maladie contagieuse. Qui est ce qui parle de ces paramédicaux qui voudraient bien ne pas refiler leurs miasmes à leurs patients mais qui hésitent quand dans la balance depuis ce merdique jour de carence, il y a perdre de l’argent sur un salaire déjà ridicule ? Plonger un peu plus dans le découvert ? Devoir troquer des services ou des vêtements pour que les enfants mangent à leur faim à la fin du mois ? Peut-être ne faut-il pas en parler en fait. Parce qu’au moins ils sont là. Malades et contagieux mais là. Les soins continuent. Ouf.

Ne venez pas râler qu’ils abusent ou qu’ils n’ont qu’à être mieux organisés. C’est peut-être vrai, dans certains cas, parfois. Le bénéfice du doute, toujours, d’abord. Je parle là, je veux parler aussi pour ceux qui n’ont réellement pas le choix et qu’on juge sévèrement, du haut de nos privilèges, incapables de s’organiser plutôt que d’imaginer qu’il existe de telles impasses. Ça serait effrayant qu’elles puissent réellement exister non ? Que certains soignants puissent devoir venir bosser malade pour continuer à se nourrir et ou nourrir leurs enfants. C’est impossible. Cela ne se peut pas. Ce sont forcément des gens qui abusent, des gens pas doués, qui ne savent pas compter. Des branleurs. Eloge de la vulnérabilité.

Comment en est-on arrivé à penser en premier lieu que le salarié arrêté l’a été juste pour emmerder les autres ? Pour protester ? Parmi les soignants arrêtés dans les services d’urgence, combien auraient dû l’être depuis longtemps ? Quelques jours en amont, beaucoup plus tôt, pour les protéger de l’effondrement total qui risquait de les foudroyer sur place sur une période beaucoup plus longue ? Combien de soignants qui tenaient, pour leurs collègues, car un arrêt, souvent non remplacé, c’est une charge de travail encore plus lourde à répartir sur le dos des autres, tout aussi épuisés, participer, par son absence à la dégradation, encore, de la qualité des soins ? Comme si le système de santé tout entier n’était qu’un vaste champ de domino, renversez-en un et tous tomberont. Personne pour penser que c’est ce qui vient de se passer au sein des services hospitaliers ? Personne pour s’insurger qu’on laisse se répandre l’idée que ce sont avant tout des branleurs réactionnaires, plutôt que des dominos, à terre, broyés, qui tenaient ensemble et qui sont tombés d’un coup, après la gifle de trop ?

Qui pour s’interroger sur la pertinence d’être soigné par quelqu’un qui ne dort pas, ne mange pas, ne pisse pas jusqu’à douze heure d’affilée ? Quelqu’un qui travaille douze ou vingt-quatre heures sans dormir, parfois sans pouvoir s’arrêter de travailler et sans la garantie de pouvoir bénéficier de toutes les heures de repos règlementaires ? Au-dessus mais aussi au-dessous des lois ? Parce que si eux ne soignent pas, à ce moment, qui le fera ? Qui pour trouver anormal que le seul moyen qu’ils ont trouvé pour se dire, se croire en bonne santé, c’est de ne pas consulter. Aucun risque de voir, de s’entendre dire l’évidence. Le cauchemar s’il est tu, masqué, s’atténuera-t-il ? Qui pour s’inquiéter de leur fatigue et de leurs symptômes d’épuisement moral qui nécessairement, altèrent à terme le jugement ? Qui pour craindre qu’il ne reste plus que des soignants abîmés pour prendre soin des autres, aux urgences, dans les services de soins, les hôpitaux, les cliniques, les villes et les campagnes, et dire stop. Dire que nous méritons mieux. Tous.

Des soignants abîmés au point de se mettre à poil pour crier à l’aide car l’usage de la langue n’a pas suffi ? Si nous avions lutté contre ce mépris crasseux, cet aveuglement devant leurs alertes, la facilité de ne pas entendre ou de croire que « ce n’est pas si grave », que ceux qui s’arrêtent le font parce qu’ils le veulent bien, les aurions-nous entendus ? Aurions-nous pu éviter ce point de rupture qui, il me semble, vient d’arriver ?

Personne ne s’arrête. Personne ne change de métier ou ne tente de mettre fin à ses jours parce qu’il/elle n’a pas supporté la pression. C’est le métier en lui-même, ses conditions d’exercices ou la pression engendrée qui créent le malaise, la souffrance, la maladie et la nécessite de l’arrêt. C’est parce qu’un travail est difficile qu’un travailleur est arrêté. Pas parce qu’il est trop faible pour le métier qu’il exerce. Un travailleur ne s’arrête pas. Il est arrêté. Il subit la pression, il n’a pas à la supporter jusqu’à en compromettre sa santé. Aucune pression professionnelle, sociale, émotionnelle ne devrait être préférée à la santé d’un individu dans sa globalité.

Le premier arrêté n’est pas le maillon faible. Il est peut-être le premier à oser dire la pénibilité de son quotidien. Peut-être accompagné par un meilleur médecin plus à l’écoute que les autres, ou simplement un médecin que lui pense à consulter. Le premier à être arrêté a peut-être compris que ce n’était pas normal de souffrir autant au travail et qu’en se donnant la priorité, à lui, à son corps, sa vie, il protège son capital de tolérance à l’effort et donc sa capacité à travailler longtemps.

Juste quelqu’un qui aurait appris, ailleurs qu’à l’école, ailleurs que dans la société « conventionnelle » qu’aucun travail ne mérite qu’on s’y tue, que l’efficacité ne réside pas dans la douleur, le sacrifice et l’abnégation. Encore moins dans le soin. Là où dans l’épuisement, la bienveillance s’éteint et la maltraitance couve.

Le premier à être arrêté est peut-être un individu assez lucide pour se souvenir de la démonstration de l’hôtesse, avoir vu les masques tomber et avoir enfilé le sien pour pouvoir aider les autres, ensuite, à chausser les leurs. Assurément tout sauf un égoïste profiteur, un manipulateur et un feignant bien qu’on l’en taxera de prime abord.

Cessons de parler de ceux qui s’arrêtent. Préservons leur accès à l’oxygène.

Soutenez nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *